Quand le rêve devient réalité… la réhabilitation du THM par le docteur Neves

Quand le rêve devient réalité… la réhabilitation du THM par le docteur Neves

Suite à la publication des résultats de l’étude WHI accusant le traitement hormonal de causer des cancers du sein et ayant provoqué l’arrêt de traitement par de nombreuses femmes, les auteurs et examinateurs de l’étude ont, à plusieurs reprises, pris publiquement position pour réfuter les conclusions celle-ci.

Une première lettre a été publiée en 2004 « Mon rêve » suivi par un autre article en 2007. C’est cet article de Manuel Neves-e-Costa intitulé « When a dream comes through… » qui est traduit ci-dessous.

Cet article fait suite à un article intitulé « Mon rêve » ou « My Dream » publié dans Climacteric (2004;7:322-3), dans lequel on imaginait que les examinateurs de l’étude WHI présenteraient un jour leurs excuses aux femmes du monde entier pour les dommages injustifiés qu’ils ont causés en interprétant de manière erronée les résultats de l’étude. Le temps a montré que c’est sur le point d’arriver puisque la récente réanalyse de l’étude montre que, contrairement à ce qu’ils avaient écrit, le Traitement Hormonal de la Ménopause (THM) protège des maladies cardiovasculaires lorsqu’il est commencé au début de la ménopause. De plus, des commentaires sont faits sur le contexte politique des résultats rapportés comme un mauvais service rendu à la communauté médicale et aux femmes elles-mêmes.

J’ai tout de suite senti que quelque chose n’allait pas dans le bruit qui avait été généré par la publication des résultats de l’étude WHI (Women’s Health Initiative).

Je l’ai lu et relu et, à mon grand étonnement, mon interprétation des résultats annoncés ne correspondait pas à ce qui avait été divulgué. J’ai donc décidé de publier mes propres conclusions [1] qui indiquaient clairement que les femmes de moins de 60 ans, présentant des symptômes vasomoteurs, ne couraient pas de risque de maladies cardiovasculaires (MCV) lorsqu’elles étaient traitées par des oestrogènes et des progestatifs. Les examintaeurs du National Institutes of Health (NIH)/WHI avaient conclu le contraire, déclarant que “les résultats s’appliquaient à toutes les femmes, indépendamment de leur âge ou de leur état de santé”[2].

En outre, même si je comprenais que la conception d’un tel essai clinique exigeait que toutes les femmes prennent la même dose du médicament testé, en tant que clinicien, je ne pouvais pas accepter que des femmes plus âgées soient traitées avec des doses beaucoup plus élevées que ce que leur âge exigeait. Il est évident que cela a entraîné un grand nombre d’abandons en raison des effets secondaires (saignements utérins, etc.).

Par conséquent, les résultats de la WHI n’ont pas pu être extrapolés à une bonne pratique clinique comme le prétendaient les investigateurs de la WHI.

Il y avait un problème. Parmi ceux qui ont participé à la WHI, il y avait, sans aucun doute, beaucoup de bons cliniciens qui ne pouvaient pas appliquer ces données dans leur pratique quotidienne de soignants de la ménopause !

C’est alors qu’une nuit, j’ai fait un “rêve” que j’ai partagé avec les lecteurs de Climacteric[3]. J’ai imaginé que le jour viendrait où les enquêteurs de la WHI présenteraient leurs excuses aux femmes, partout dans le monde, pour les dommages qu’ils avaient causés par leurs mauvais conseils. J’ai imaginé qu’un message était envoyé, par l’intermédiaire des agences de presse, par de nombreux médecins aux femmes du monde entier : “Nous, médecins ayant participé à une étude largement médiatisée, connue sous le nom de Women’s Health Initiative (WHI), regrettons profondément que nos résultats aient été si gravement mal interprétés par les médias et par une grande partie de la profession médicale… En tant qu’examintaeurs de cette étude, nous avons fait de notre mieux pour rapporter les résultats avec exactitude. Cependant, en tant que médecins, nous nous sentons collectivement responsables d’expliquer à toutes les femmes et à tous les médecins ce que signifient ces résultats afin d’éviter les interprétations erronées en cours … En tant que médecins, nous ressentons une responsabilité éthique et sociale de dire aux gens, au-delà de nos frontières, partout où ces résultats sont parvenus, que les femmes ne doivent pas être indûment alarmées. Signé par les médecins qui ont participé à la WHI’. C’était mon rêve.

J’ai maintenant le grand plaisir de constater qu’il semble que mon rêve soit en train de se réaliser. Quatre ans se sont écoulés depuis ma propre interprétation de l’étude WHI [1] jusqu’à ce que celle-ci soit soumise à plusieurs réanalyses [4] qui ont confirmé ce que j’avais déjà conclu : les femmes en début de ménopause traitées pour soulager leurs symptômes vasomoteurs étaient protégées des maladies cardiovasculaires [5].

Lors de la conférence de presse de la WHI en 2002, un enquêteur a déclaré ce qui suit : L’étude sur les infirmières et d’autres études similaires pourraient avoir raison et la Women’s Health Initiative pourrait avoir tort, ou vice versa… Si chacune a raison, c’est peut-être parce que les femmes des deux types d’études sont différentes d’une manière que les chercheurs n’ont pas encore comprise”[6].

C’était probablement sa sage prémonition de ce qu’était le WHI et de ce qu’il n’était pas. Comme il avait raison et comme il en a certainement souffert au fil des ans…

La vérité sur cette affaire remonte à la surface au fil des années. Dans un article récent [3] du Wall Street Journal, l’investigateur susmentionné, Jacques Rossouw, a été cité comme ayant déclaré : “certains examinateurs étaient mécontents de ne pas avoir été inclus dans la rédaction du premier rapport. Il s’agissait d’une décision du NIH soutenue par le comité exécutif de la WHI” et ajoutant que “les responsables de l’étude voulaient faire une déclaration spectaculaire”.

Comme le disent succinctement d’autres commentateurs : Publier des données qui peuvent ou non être entièrement vraies, ou certainement prématurées, est un mauvais service rendu à la profession médicale et, surtout, à nos patients”[7].

Il est incroyable qu’un département du gouvernement américain aussi important et faisant autorité que le NIH ait pu, de manière antidémocratique, fermer la bouche des scientifiques qui ont réalisé l’étude et mentir aux femmes et aux médecins du monde entier – que leurs préoccupations politiques étaient bien plus importantes que les contribuables américains, qui devaient être rassurés sur le fait que leur argent avait été bien dépensé.

Incroyable, mais malheureusement très vrai !

De nombreux autres mystères seront certainement dévoilés dans un avenir proche, par exemple pourquoi le volet de l’étude WHI consacré aux œstrogènes seuls a-t-il été suspendu ? Certainement pas en raison du risque d’accident vasculaire cérébral. Il semble que si un seul cas supplémentaire de cancer du sein avait été détecté dans le groupe témoin, la conclusion aurait été statistiquement très significative en ce sens que les œstrogènes seuls protègent effectivement du cancer du sein ! Qui en a profité ? Pas les femmes, à coup sûr. Une conséquence immédiate a été la suspension précoce de l’étude Wisdom [8]. Le suivi des femmes qui avaient été recrutées entre-temps a été récemment publié [9], confirmant que les traitements hormonaux peu après la ménopause protègent des maladies cardiovasculaires.

Je veux profiter de cette occasion, alors que je me réveille de mon rêve, pour rendre hommage à ceux qui avaient, bien avant, pressenti la vérité. Comme Tom Clarkson avec ses expériences chez le singe [10] : le moment de l’initiation du traitement hormonal est d’une importance capitale comme cela a été confirmé récemment [11].

Je présume qu’il y en a encore beaucoup qui se souviennent d’une réunion de la North American Menopause Society au cours de laquelle Clarkson a présenté à nouveau ses remarquables conclusions. Ce fut une séance à ne pas oublier, alors que de nombreux pseudo-scientifiques l’attaquaient presque au point de l’agresser.

Nietzsche a dit un jour que “les convictions sont plus ennemies de la vérité que les mensonges” et quelqu’un d’autre a également dit que “l’esprit est comme un parachute : les deux fonctionnent mieux quand ils sont ouverts”.

Dans une conférence récente, Leon Speroff a déclaré que “l’avenir de l’hormonothérapie exige des esprits préparés. Ne souffrons pas d’un nombre insuffisant d’esprits préparés”.

Espérons que les contribuables américains vont maintenant forcer l’IHO à dire la vérité, toute la vérité et rien que la vérité, que Dieu leur vienne en aide !

Nous avons essayé, il y a deux ans, de confronter les investigateurs américains de la WHI à quelques leaders d’opinion européens dans un symposium publié dans Maturitas [11]. Malheureusement, à la surprise générale, un seul investigateur WHI a refusé d’envoyer son texte pour publication alors qu’il est disponible sur un DVD enregistré lors des sessions. Pourquoi ? Dieu seul le sait ?

Le temps est venu d’aller de l’avant [13-15], comme le stipulent de nombreuses associations scientifiques faisant autorité, telles que la Société internationale de la ménopause (IMS) [16-19], la Société européenne de la ménopause et de l’andropause [20] et la Société nord-américaine de la ménopause (NAMS) [21], il ne devrait pas y avoir de limite à un traitement hormonal bien médicamenté s’il n’y a pas de contre-indications à venir et si ses objectifs sont remplis.

Il suffit de quelques déclarations erronées pour provoquer un tsunami de panique. Il faut des années pour corriger le désastre et redonner une bonne qualité de vie aux femmes du monde.

Empêcher une femme de bénéficier des avantages d’une hormonothérapie post-ménopausique efficace par crainte de rares effets secondaires ne semble pas être une médecine satisfaisante [1].

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, les propos tenus par Sir Winston Churchill à la Chambre des communes s’appliquent également aux discussions en cours sur les traitements hormonaux de la ménopause : Ce n’est pas la fin, ni même le début de la fin. C’est peut-être la fin du commencement”.

Il semble que mon “rêve” n’était rien d’autre qu’une prémonition.

References

1. Neves-e-Castro M. Menopause in crisis post-WHI? A view based on personal clinical experience. Hum Reprod 2003;18:2512–2518.

2. Parker-Pope T. How NIH misread hormone study in 2002. Wall Street Journal 2007 Jul 9; 81.

3. Neves-e-Castro M. My dream. Climacteric 2004;7:322–323.

4. Hsia J, Langer R, Manson J, Kuller L, Johnson KC, Hendrix SL, Pettinger M, Heckbert SR, Greep N, Crawford S, et al. Women’s Health Initiative Investigators. Conjugated equine estrogens and coronary heart disease: the Women’s Health Initiative. Arch Intern Med 2006;166:357–363. 434 M. Neves-e-Castro

5. Manson JE, Allison M, Rossouw J, Carr JJ, Langer RD, Hsia J, Kuller LH, Cochrane BB, Hunt JR, Ludlam SE, et al. WHI and WHI-CACS Investigators. Estrogen therapy and coronary-artery calcification. New Engl J Med 2007;356:2591– 2602.

6. Rossow J. Symposium at Harvard School of Public Health (2003) quoted by Gina Kolata in New York Times April 22, 2003.

7. Creasman WT, Hoel D, DiSaia PJ. WHI: now that the dust has settled: a commentary. Am J Obstet Gynecol 2003;189: 621–626.

8. MacLennan A, Sturdee D. Editorial: The End of Wisdom. Climacteric 2002;5:313 – 316.

9. Vickers M, MacLennan A, Ford D, Ford D, Martin J, Meredith SK, Destavola BL, Rose S, Dowell A, Wilkes HC, et al. WISDOM team. Main morbidities recorded in the women’s international study of long duration oestrogen after menopause (WISDOM): a randomised controlled trial of hormone replacement therapy in postmenopausal women. Br Med J 2007 Jul 23; [Epub ahead of print].

10. Mikkola TS, Clarkson TB. Estrogen replacement therapy, atherosclerosis, and vascular function. Cardiovasc Res 2002; 53:605–619.

11. Grodstein F, Manson J, Stampfer M. Hormone therapy and coronary heart disease: the role of time since menopause and age at hormone initiation. J Womens Health 2006;15:35–44.

12. Neves-e-Castro M. Conclusions of the 3rd International Symposium of the Portuguese Menopause Society. Maturitas 2005;51:38–39.

13. Speroff L. The future of postmenopausal hormone therapy: it’s time to move forward. Maturitas 2007;57:103–106.

14. Pines A. Postmenopausal hormone therapy: the way ahead. Maturitas 2007;57:3–5.

15. Stevenson J. HRT and the primary prevention of cardiovascular disease. Maturitas 2007;57:31–34.

16. Pines A, Sturdee D, MacLennan A. The heart of the WHI study: time for hormone therapy policies to be revised. Climacteric 2007;10:267–269.

17. Pines A, Sturdee D, Birkhauser M. Postmenopausal hormone therapy and coronary disease – the truth of the matter. IMS Press Statement 2007 Jun 20.

18. Board of the International Menopause Society, Pines A, Sturdee DW, Birkha¨user MH, Schneider HP, Gambacciani M, Panay N. IMS updated recommendations on postmenopausal hormone therapy. Climacteric 2007;10:181–194.

19. Pines A, Sturdee D, Birkhauser M. Hormone therapy and cardiovascular disease in the early postmenopause: the WHI data revisited. Climacteric 2007;10:195–196.

20. Gompel A, Barlow D, Rozenberg S, Skouby SO; EMAS Executive Committee. The EMAS 2006/2007 update on clinical recommendations on postmenopausal hormone therapy. Maturitas 2007;56:227–229.

21. NAMS Position Statement. Estrogen and progestogen use in peri-and postmenopausal women: March 2007 position statement. Menopause 2007;14:168–182.

Laisser un commentaire