Mon rêve, lettre du docteur Neves-e-Castor sur l’étude WHI

Mon rêve, lettre du docteur Neves-e-Castor sur l’étude WHI

En 2004, le journal de la Société International de la Ménopause (International Menopause Society) a publié une lettre par un des auteurs de l’étude de la Women’s Health Initiative (WHI). Cette lettre a été publié deux ans après « le scandale du traitement hormonal de la ménopause » révélé par l’étude WHI 2002. Voici son contenu.

Traduction du texte « My dream » de Neves-e-Castro publié en 2004

Mon rêve

Je partage avec vous mon rêve. J’ai rêvé qu’un jour, ce message ci-dessous, serait partagé par tous les médecins et toutes les agences de presse pour atteindre les femmes du monde entier.

Nous, les médecins ayant participé à cette étude largement médiatisée, connue sous le nom de l’Initiative pour la Santé des Femmes (Women’s Health Initiative WHI), regrettons profondément que nos résultats aient été si mal interprétés par les médias et ainsi que par une grande partie de la profession médicale… Cela a donné lieu à une grande vague de ce que l’on pourrait appeler le « terrorisme hormonal », avec un grand préjudice pour la santé des femmes…

Cependant, en tant que médecins, nous nous sentons investis d’une responsabilité éthique et sociale d’informer le monde entier, que les femmes ne doivent pas s’alarmer outre mesure. Les résultats de cette étude ne s’appliquent pas à chaque femme individuelle mais plutôt à de larges populations, comme cela a été dit lors d’une conférence de presse tenue au National Institutes of Health le 9 juillet 2002. Le soi-disant risque accru d’effets secondaires ne fait référence qu’à des “risques relatifs” qui ne sont rien d’autre qu’un pourcentage d’augmentation par rapport aux “risques absolus” réels. Et ceux-ci sont minimes, bien inférieurs à 1 cas pour 1000 femmes traitées sur 1 an…

Par conséquent, les femmes ne doivent pas s’alarmer outre mesure et doivent poursuivre un Traitement Hormonal de la Ménopause (THM) correctement pris, s’il n’y a pas de contre-indications. Elles ne doivent surtout pas s’arrêter et passer aux produits dits naturels, ou œstrogènes végétaux, qui sont dépourvus d’efficacité et dont les effets secondaires n’ont pas encore été étudiés.

Les hormones ne sont ni meilleures ni pires que n’importe quel autre médicament que l’on prend tous les jours. Tous les médicaments actifs ont des effets positifs et des effets secondaires. Même les pilules inactives, appelées placebos, peuvent également provoquer des effets secondaires…

En tant que médecins, nous continuons à penser que le THM est le meilleur traitement, avec plus de bénéfices que de risques, pour les femmes ménopausées symptomatiques, s’il n’y a pas de contre-indications.

Signé par les médecins qui ont participé à la WHI.

Voici donc mon rêve… Je souhaite tellement que cela devienne un jour la réalité.

M. Neves-e-Castro, Lisbonne, Portugal

Conflit d’intérêts : l’auteur n’a aucun conflit d’intérêts, ne travaille pour aucune société pharmaceutique et gère uniquement son cabinet médical.

Lettre “My Dream” traduction “Mon rêve” initialement publié chez Climateric, le journal de la Société Internationale de la Ménopause International Menopause Society

Laisser un commentaire