Lamenopause Patch THM
Etudes scientifiques

Réponse du Groupe d’étude sur la ménopause à l’article du Lancet

Suite à l’article du Lancet, le Groupe d’Etude sur la Ménopause et le Vieillissement Hormonal apporte des éléments pour mieux appréhender les résultats de l’étude Lancet.

J’en reprends ici les points principaux mais j’encourage chacun et chacune d’entre nous d’aller lire l’article dans son intégralité.

  

L’étude du Lancet est à considérer avec précaution parce que :

  • Il s’agit d’une étude d’observation, basée sur d’anciennes études – parfois très anciennes – et non randomisées.
  • L’âge de la ménopause n’est pas connu dans certaines de ces anciennes études et influence fortement l’incidence du cancer du sein
  • Elle inclut des traitements de progestatifs de synthèse qui ne sont plus utilisés en France
  • On ne sait pas trop comment les antécédents familiaux et de comportements ont été pris en compte d’autant qu’ils n’étaient pas toujours disponibles dans l’étude source.
  • Certaines études sources portent des biais méthodologiques
  • Elle ne compare pas l’augmentation de risque du cancer du sein avec celui d’une femme en surpoids ou obèse.
  • Elle n’explique pas que plus une femme est ménopausée jeune, plus son risque de cancer de sein est diminué et que donc, parfois, selon l’âge de la ménopause, prendre un THM augmente certes le risque de cancer du sein, mais uniquement pour le mettre au même niveau que celui d’une femme du même âge non ménopausée.
  • Le lien de causalité n’est pas prouvé.
  • Elle ne prend pas en compte les risques/avantages des traitement THM en termes de bien être (amélioration des symptômes de la ménopause) ou de santé (ostéoporose, maladie cardiovasculaires…)
  • Elle ne prend pas en compte une augmentation « naturelle globale » du risque de cancer du sein.

Pour avoir plus d’exemples, de détails et toutes les sources sur ces informations, je vous invite fortement à lire l’article sur le site du GEMVI.

   

Si les spécialistes Français font bien leur travail de redonner un peu de perspective face aux résultats de cette étude, on peut cependant regretter qu’aucun article explicatif n’ai été publié dans les médias grand public, contrairement à tous les articles alarmistes publiés dans tous ces médias.

A titre d’exemple, voici quelques extraits / traductions d’article anglo-saxon publiés dans les médias grand public.

« La présentation des résultats publiés en août dans le Lancet est problématique, car les résultats sont susceptibles d’être sortis de leur contexte et d’effrayer les femmes. »
Extrait de l’article « Experts debate new analysis concerning breast cancer risk with menopausal HRT » publié le 6 septembre 2019 sur Healio

« Je pense donc que ce serait une tragédie si les femmes décidaient de ne pas essayer le THM à cause de ces résultats. »
Extrait de l’article « Yes, there are cancer risk, but I’d still prescribe HRT – write breast surgeon prof. Kefah Mokbel » publié le 30 août 2019 sur le DailyMail

« Je crains vraiment que de tels reportages ne conduisent les professionnels de la santé à avoir encore plus peur des traitements hormonaux de la ménopause. »
Extrait de l’article  » « Why I still take and prescribe HRT » by doctor Louise Newton » publié le 2 septembre 2019 sur le site Newsonhealth

« Je ne changerai pas la façon dont je prescrits du THM »
Extrait de l’aricle « Why I will not be changing my prescribing habit » publié le 31 août 2019 sur le Times

The author: Ariane

Leave a Reply