Témoignage de ménopause « On a cru que j’étais bipolaire »

témoignage ménopause bipolaire

Quand avez-vous pour la première fois soupçonné que vous étiez en périménopause et pourquoi ?

Vers 51 ans, mes règles ont commencé à être moins abondantes et plus espacées. J’ai ensuite eu mes dernières règles à 53 ans.

Avant cela, je n’avais jamais pensé que mes symptômes pouvaient être liés à la ménopause ou plutôt à la périménopause.

Rétrospectivement, j’avais eu de nombreux symptômes auparavant qui auraient pu être causés par la ménopause : baisse de libido, sautes d’humeur, attaques de panique, palpitations, dépression, troubles de la concentration et de la mémoire, perte de cheveux, sécheresse vaginale, problèmes de sommeil

J’ai eu un enfant à 41 ans et un postpartum très difficile. J’ai été suivi par un psychiatre qui m’a mise sous anti dépresseur. Au début cela m’a un peu remonté le moral mais je ne me sentais pas bien, je ne me reconnaissais plus et avec l’accord de ma psy, j’ai arrêté le traitement.

Il y a eu une accalmie entre 2008 et 2009. Puis entre 2009 et 2013 sont apparus des symptômes handicapants, au quotidien et dans mon travail : palpitations, attaques de panique, dépression, difficulté à tout mener de front — le mental ne suivait plus — épuisement. J’ai été arrêtée pour burn out pendant un an, d’octobre 2013 à août 2014 (à l’âge de 48-49 ans), et je n’ai pas repris ensuite : je me sentais fragile, épuisée, incapable de reprendre le même rythme qu’avant.

L’hypothèse de bipolarité a été posée par une nouvelle psychiatre que j’ai vue après mon burn out, alors que je ne travaillais plus, ayant quitté mon poste en septembre 2014. Ce devait donc être fin 2014 ou début 2015 (j’avais 49 ans).

J’ai commencé le traitement contre la bipolarité. Celui-ci a eu des effets très négatifs : j’avais énormément de pensées suicidaires, l’impression de perdre le contrôle, de ne plus savoir qui j’étais… Encore une fois, avec l’accord de ma psy, j’ai arrêté le traitement.

Avez-vous pris rendez-vous avec votre médecin traitant ou votre gynécologue ?

Non car pendant mes périodes dépressives je n’avais pas fait le lien avec la ménopause et ensuite, à l’arrêt des règles, j’ai juste attendu mon rendez-vous annuel standard. 

Que connaissiez-vous de la ménopause ?

Pour moi, la ménopause c’était : l’arrêt des règles puis bouffée de chaleur, des sautes d’humeur et la prise de poids. J’avais une image assez caricaturale de la femme ménopausée et je ne connaissais rien des problèmes de peau, de cheveux…
Je ne connaissais pas non plus l’existence de la périménopause. Quand j’ai été vraiment ménopausée, j’ai eu le sentiment de ne pas avoir vécu ma quarantaine.

Quels ont été vos symptômes de périménopause ?

Saute d’humeur, baisse de libido, attaques de panique, palpitations, troubles de la concentration et de la mémoire, trouble voir perte du sommeil, brouillard mental…

Vers 53 ans, j’ai également eu des douleurs articulaires qui sont maintenant passées. Je vois tout de même des changements en termes de tonus musculaire, fatigue et sécheresse en général.

Quelle aide, quels conseils, quel traitement avez-vous eu de votre médecin ?

Je n’ai pas de médecin traitant qui me suit, mais aucun des médecins (généralistes, psychiatres et gynécologue) que j’ai vu(e)s n’ont jamais même abordé la question. Ils connaissaient mon âge, j’évoquais des signes (trouble du sommeil, symptômes dépressifs) ; on a parlé dépression (les traitements ne m’ont jamais convenu à terme), hypertension artérielle… et personne n’a fait le rapprochement entre mes symptômes, mon âge et la ménopause.

Avez-vous trouvé des solutions personnelles pour gérer au mieux vos symptômes ?

Sur le coup non car je n’avais pas conscience que c’était la périménopause.
En revanche, j’ai toujours été très active et sportive ce qui m’aide à préserver ma masse musculaire et c’est bon pour le moral.

A posteriori, pensez-vous avoir été suffisamment informée en amont pour gérer au mieux cette période de votre vie ?

Absolument pas

Pensez-vous que vos symptômes ont interféré avec :

– votre travail ? oui avec le brouillard mental, les troubles d’humeur et le burn out
– votre couple ? oui mon couple n’a pas survécu. Il y avait d’autres problèmes mais cela a été révélateur.  
– votre vie sociale ? pas vraiment
– vos relations avec les autres ? pas vraiment alors sauf peut-être un peu d’agressivité avec mon mari

Avez-vous eu des périodes dépressives ? Si oui, comment avez-vous géré ?

Oui et je regrette de n’avoir jamais été face à quelqu’un qui ait envisagé les choses en intégrant la ménopause. Cela aurait permis qu’on avance vers une prise en charge adéquate. Ça a été l’enfer.

Avez-vous échangé avec vos ami(e)s / proches sur vos problèmes liés à la ménopause ?

Depuis que je suis ménopausée, j’en parle à mes amies femmes qui sont plutôt plus jeunes que moi (trentaine et quarantaine).

Avez-vous des astuces et conseils pour les femmes qui vont entrer en phase de ménopause ?

  • S’informer, c’est la clef.
  • Avoir une bonne hygiène de vie et ce bien avant la ménopause
  • Prendre soi-même sa santé en main et réaliser que le corps médical a des limites
  • Communiquer avec d’autres femmes

Où en êtes-vous aujourd’hui par rapport à la ménopause ?

Je suis ménopausée et je n’ai plus de symptôme.

Il est tout de même difficile de voir son corps se modifier presque du jour au lendemain. J’ai eu l’impression que je ne contrôlais plus rien. Mais ma vie actuellement me permet d’aborder les choses assez sereinement. J’accepte ce qui est. J’accepte ces changements, ce qui ne veut pas dire que je me laisse aller. J’ai plaisir à faire du sport, je prends soin de ma peau, mais sans être obsédée par mon apparence.

Autre remarque ?

On est au 21ème siècle et on l’impression que notre santé n’est pas prise en charge dans sa globalité. On s’intéresse beaucoup à notre corps quand on est jeune et enceinte et sinon les femmes sont rayées de la carte : beaucoup de mal à avoir une représentation de la femme de 50 ans dans les médias.  

J’aime bien l’approche auyrvédique qui regrette que la médecine occidentale ne connaisse pas mieux / n’aime pas mieux les femmes. L’ayurvéda dit que la ménopause c’est l’occasion pour les femmes de faire un bilan et de recommencer sur de bonnes bases.

Vous pouvez aussi aimer

Cet article a 3 commentaires

  1. Celine

    Bonjour,
    Merci pour cet article qui m’éclaire beaucoup!
    Je me reconnais tellement!!! J’ai 49 ans et je vis un véritable enfer

    1. Sophie P

      Bonjour, quels dont tes symptômes ?

  2. Leila

    Et que peut on faire qd on n’a pas fait le nécessaire avant menopause en terme d hygiène de vie ?

Laisser un commentaire