Témoignage de ménopause tardive

témoignage de ménopause tardive

Quand avez-vous pour la première fois soupçonné que vous étiez en périménopause et pourquoi ?

A 53 ans, au retour de vacances (et avec l’arrêt de la cigarette) j’ai eu de très fortes douleurs articulaires, je devais me tenir aux rampes dans le métro. Je me suis renseignée et j’ai compris que cela pouvait être la ménopause. J’ai ensuite eu un dérèglement de mes cycles.

Avez-vous pris rendez-vous avec votre médecin traitant ou votre gynécologue ?

Oui et j’en ai profité pour changer de gynéco et quitter mon ancien gynécologue obstétrique qui était trop concentré sur le fait que je reste attirante pour mon mari.
L’autre gynéco que j’ai vu m’a dit que comme j’étais en ménopause tardive, j’aurais moins de symptômes de la ménopause mais que j’allais subir la prise de poids en plein fouet « vous allez grossir dès que vous mangerez »

D’ailleurs, je n’ai pas encore trouvé de soignant qui me plaise vraiment (ndlr : pensez à consulter la liste des soignants conseillés par les lectrices du site pour le suivi de ménopause)

Que connaissiez-vous de la ménopause ?

Je connaissais la base : la prise de poids, la chute des hormones, l’arrêt des règles, l’ostéoporose

Je ne connaissais pas du tout : le brouillard cérébral ou les crises d’angoisse ni même la ménopause tardive.

Quels ont été vos symptômes de périménopause ?

La fatigue, la fonte musculaire, la peau qui change, les problèmes de concentration et les cils qui sont devenus très fins et très courts. J’ai également eu des crises d’angoisse au milieu de la nuit : le monde s’effondrait, plus rien n’était beau, c’est terrible de vivre ça seule dans le noir la nuit. Et le matin, au réveil on se demande ce qui nous a pris

J’ai très peu de bouffée de chaleur.

Les symptômes qui m’incommodent le plus sont ceux liés au cerveau : les problèmes de mémoire et de concentration.

Quelle aide, quels conseils, quel traitement avez-vous eu de votre médecin ?

Rien du tout d’autant que ma mère ayant eu un cancer, la question du traitement hormonal de la ménopause ne se pose même pas pour moi.

Avez-vous trouvé des solutions personnelles pour gérer au mieux vos symptômes ?

Non, pas trop. Je me renseigne, je fais du yoga. Je prends de la spiruline, huile de bourrache, onagre. Je n’ai pas de problème à vieillir mais je ne suis pas contente de voir mes capacités (physiques et mentales) diminuer.

A posteriori, pensez-vous avoir été suffisamment informée en amont pour gérer au mieux cette période de votre vie ?

Non, je n’ai pas été informée ou accompagnée.

Pensez-vous que vos symptômes ont interféré avec :
– votre travail ?  oui car je suis fatiguée et plus aussi vive qu’avant. Je vais bien sûr mon travail, mais cela me coûte plus qu’avant
– votre couple ?   non
– votre vie sociale ?  non
– vos relations avec les autres ?  non

Avez-vous eu des périodes dépressives ? Si oui, comment avez-vous géré ?

Pas de périodes dépressives mais des baisses de moral. Pour moi, il s’est passé plein de choses en même temps : l’arrêt de la cigarette, le confinement et la ménopause. C’est difficile de faire la part des choses.

Avez-vous échangé avec vos ami(e)s / proches sur vos problèmes liés à la ménopause ?

Oui j’ai beaucoup échangé avec mes amies et mon mari.

Avez-vous des astuces et conseils pour les femmes qui vont entrer en phase de ménopause ?

C’est vraiment important de se renseigner et d’appréhender la ménopause de façon globale. Il faut se préparer à la ménopause car cela peut être violent. Si c’est possible on anticipe le changement de médecin pour avoir déjà le bon soignant qui fera le suivi de ménopause.

La solidarité entre femmes est importante : il faut parler et se soutenir.

On a vraiment de la chance que ça soit rendu visible aujourd’hui, une étape de la vie comme une autre.

Où en êtes-vous aujourd’hui par rapport à la périménopause / ménopause ?

Je suis ménopausée depuis un an et je mesure ma chance d’avoir vécu ce changement à un moment où les femmes assument leur ménopause. Les femmes sont en train de reprendre le pouvoir.

Autre remarque ?

Il faut parler plus de la ménopause, rendre visible l’invisible et ce avec une approche de santé globale.

On manque encore cruellement d’information. Par exemple, je suis ménopausée et je suis encore embêtée par les symptômes mentaux…Où est ce que j’en suis ? Est-ce que les symptômes vont disparaitre ? Qu’est-ce que je deviens ?

Je trouve que la ménopause est un marqueur du temps : on est marqué dans notre âge et dans notre corps mais il ne faut pas que ca ne soit que cela. J’aime bien l’approche africaine où la femme devient femme de pouvoir.


Retrouvez tous les autres témoignages sur le site dans la rubrique Témoignages de ménopause.

Vous pouvez aussi aimer

La publication a un commentaire

  1. Artzy

    Je conseillerai fortement à toute ceux qui constatent une perte de concentration et de mémoire, une prise en charge par un orthophoniste spécialisé.
    Personnellement, suite à une ménopause chaotique à l’âge de 57 ans, accompagnée de pertes de mémoire et de concentration, je l’ai fait (toujours suivie depuis la fin de l’été dernier) et ma vie a changé !

Laisser un commentaire