Préparer la ménopause
Conseils

Comment préparer au mieux sa ménopause ?

La ménopause à 30 / 40 ans, c’est un sujet de vieille. La ménopause à 30 / 40 ans cela concerne nos mères et nos grand-mères. C’est pour dans longtemps, il y a le temps, on en parlera quand on y sera.

Et à quel titre ? N’est-ce pas important de connaitre entièrement le cycle de santé féminin ? N’est-ce pas important d’échanger avec nos ainées sur les changements du corps et les impacts que cela peut avoir sur la vie ? N’est pas important de parler des solutions mises en place pour gérer les symptômes ? Depuis quand est-il trop tôt pour être préparée ?

Voici donc, trois raisons principales pour se préparer à la ménopause le plus tôt possible

L’éducation

L’information et l’éducation sur la ménopause permettrait d’éviter à de nombreuses femmes une errance médicale à la cinquantaine.
En connaissant les symptômes de la ménopause, une femme de la cinquantaine n’ira peut-être pas voir directement un neurologue si elle a des migraines et des vertiges.
En connaissant le fonctionnement de la ménopause, une femme ne se sentira pas folle devant une potentielle multitude de symptômes peut être pas trop handicapant mais tout de même suffisamment incommodant.

L’éducation sur la ménopause permettrait également de généraliser les informations sur la ménopause précoce. En effet, si l’âge moyen de la ménopause en Europe occidentale est à 51 ans, la ménopause précoce (c’est-à-dire avant 40 ans) existe et touche 1 à 2% des femmes françaises.  Entre 40 et 44 ans, 7% des femmes sont ménopausées.

A ce titre, il est intéressant d’être informée sur la ménopause dès que possible, afin de pouvoir avoir une idée de ce qu’il se passe si jamais cela devait nous concerner.

Profiter des bénéfices d’une vie saine

En étudiant un à un tous les symptômes de la ménopause, un élément semble clair : beaucoup d’actions sont possibles en préventif. Mettre en place une vie saine permet de faciliter la transition vers la ménopause.
Une première étape est par exemple, d’arrêter de fumer car les fumeuses sont en moyenne ménopausées deux ans plus tôt que les non-fumeuses. L’arrêt du tabac est également bénéfique pour la solidité des os ou la santé cardiaque.

On peut ensuite créer un routine sportive idéale avec un peu de sport d’impact pour consolider la masse osseuse et éviter l’ostéoporose, un peu d’étirement pour maintenir la souplesse des articulations et un peu de musculation pour créer du muscle.

Enfin le troisième pilier de la santé : l’alimentation. Mettre en place une hygiène alimentaire parfaite riche en oméga 3 (pour éviter par exemple Alzheimer), en magnésium, bien s’hydrater, éviter les produits transformés (moins rassasiants, plein de conservateurs, plein de sucre…)  …

L’échange

Alors que le tabou sur la ménopause est en train de tomber, il est très important de bénéficier de l’expérience des générations précédentes.  Parlez avec les femmes de sa famille peut aider à anticiper en partie sa ménopause (rappel : une partie de la ménopause – âge et importance des symptômes – est génétique) et aussi permet de récolter des solutions et astuces pour gérer les différents symptômes.

Indépendamment de la ménopause, échanger sur les conditions de famille ainsi que mettre en place une super hygiène de vie sera TOUJOURS une bonne idée. Une bonne hygiène de vie permet de se protéger contre le surpoids, le diabète de type 2, l’ostéoporose, les maladies cardiaques…

Globalement, une bonne santé à 50 / 60 ans se prépare à partir de 35 / 45 ans. Et c’est pareil pour la ménopause : une bonne ménopause se prépare en amont de la péri.ménopause. Pour autant, il n’est jamais trop tard pour mettre en place une bonne hygiène de vie.

Tags : DA

The author: Ariane

Leave a Reply