Les recommandations pour le suivi et traitement de la ménopause

Les recommandations pour le suivi et traitement de la ménopause

Le GEMVI (Groupement d’Etude sur la Ménopause et le Vieillisement Hormonal) vient de publier des RPC pour le suivi de la ménopause. Les RPCs ce sont les recommandations pour la pratique clinique, c’est-à-dire des guides, des aides pour le médecin pour identifier la ménopause et ses divers symptômes et proposer des traitements.

C’est une super nouvelle pour les femmes et pour les médecin.e.s en France, car il y aura maintenant un document officiel pour les aider. Car oui, les médecins (même les gynécologues) ne sont pas toujours très clairs sur tous les symptômes, cas particuliers et traitements de la ménopause.
En France les recommandations pour la pratique clinique sont basées sur1 :
– La participation des médecins et représentants des patient
– La transparence des analyses, études et questionnements
– L’indépendance des experts du groupe

Les NICE Guidelines

A titre comparatif, il existe depuis des années en Grande Bretagne les Nice Guidelines qui sont des recommandations équivalentes.

Ce sont des « recommandations EBM (ndlr : Evidence Based Médecine ou médecine fondée sur des preuves en français), qui définissent les soins et services qui conviennent aux personnes ayant une maladie ou un besoin spécifique, ainsi qu’aux personnes se trouvant dans des circonstances particulières.»

Ces recommandations sont factuelles et claires. En ce qui concerne la ménopause, tous médecins anglo saxons interviewés passent leur temps à dire « si on se réfère aux Nice Guidelines…. »  pour 1) contrer la désinformation qui peut circuler sur la ménopause et ses traitements et 2) informer les femmes et les médecin.es que de telles recommandations existent.

Il était donc temps que la France propose également des recommandations et c’est maintenant chose faite.

Recommandations à la française

Les RPC de la ménopause couvrent les points suivants :
– le diagnostic en fonction des cas (standard, avec cancer, avec contraception….)
– les bouffées de chaleur et autres symptômes vasomoteurs
la nutrition
– l’activité physique
– le traitement hormonal de la ménopause
– les alternatives non hormonales pour les bouffées de chaleur, sueurs nocturnes
– Ostéoporose
risque cardio vasculaire
– Risque thrombo embolique veineux
– Déclin cognitif (avec un focus sur Alzheimer : dans quel cas le traitement peut aider ou au contraire empirer)
Syndrome Genito urinaire de la ménopause dans lequel il est écrit noir sur blanc « Les données actuelles ne semblent pas montrer de risque de récidive de cancer du sein lors de l’administration d’œstrogènes locaux faible dose. Il n’est cependant pas possible de conclure à l’innocuité d’un tel traitement »
– Traitement hormonal de la ménopause et cancer / mortalité où la encore on peut lire «Toutes les méta-analyses d’études d’observation et incluant les essais randomisés confirment ↓ de la mortalité globale associée au THM pour femmes de < 60 ans » 
– THM et masse mammaire
– Traitement et saignement de l’utérus
– THM et douleurs mammaires (non dispo en ligne)

On ne peut donc que se réjouir que les professionnels de santé disposent de nouveaux outils pour partager les informations sur la ménopause et contrer les idées reçues qu’on peut avoir de la ménopause.

Sources :
1 – HAS – RPC – https://www.has-sante.fr/jcms/c_431294/fr/recommandations-pour-la-pratique-clinique-rpc

Laisser un commentaire